L'initiative de dons de Vontobel soutient un projet de santé numérique

22/11/2019
Temps de lecture: 4 minute(s)

Le projet de santé numérique ALMANACH est déjà une bénédiction pour des dizaines de milliers d'enfants dans l'État d'Adamawa au Nigeria, en proie à la crise. L'application innovatrice, basé sur un algorithme clinique, augmente le taux de réussite dans l'établissement des diagnostics et améliore la prévention pour les tout-petits. Vontobel a lancé une initiative de dons interne pour permettre de soigner correctement encore plus d'enfants de moins de cinq ans et de les protéger contre des maladies pouvant être évitées.

Améliore la santé dans des situations précaires

Application innovante disponible sur tablette ou smartphone, l'ALMANACH rend des services particulièrement précieux dans des régions où les soins sont insuffisants ou difficilement accessibles. Dans ce territoire grand comme la Suisse, on ne compte qu'une poignée de pédiatres. Les groupes terroristes islamistes dans le nord-est du Nigeria ont poussé les populations à fuir. Les enfants et leur famille se retrouvent dans des camps de réfugiés où règnent des conditions de vie difficiles ou dans des communautés d'accueil. Cela a pour conséquence que les tout-petits sont souvent atteints de maladies qui pourraient être évitées.

Axel Schwarzer

©Vontobel: Axel Schwarzer, Head of Asset Management et parrain de l'initiative de dons 2019 de Vontobel

 

«L'ALMANACH est un docteur numérique qui a déjà sauvé la vie de beaucoup d'enfants. Vontobel souhaiterait à son tour aider encore plus d'enfants.»

Axel Schwarzer, Head of Asset Management et parrain de l'initiative de dons 2019 de Vontobel

 

Arriver étape par étape au bon diagnostic

L'ALMANACH (Algorithm for the Management of Acute Childhood Illnesses) aide le personnel de santé à poser le diagnostic au moyen de questions ciblées et propose le traitement médicamenteux adéquat. Il prend en compte pour cela les stocks de médicaments disponibles dans le centre de santé correspondant. Selon le CICR, le nombre de centres de soins équipés de l'ALMANACH au Nigeria doit passer de 248 actuellement à environ 270 d'ici la fin de l'année 2019. Ils seront au nombre de 400 environ à la fin de l'année 2020.

Les questions posées par l'ALMANACH peuvent sauver des vies

Une histoire parmi beaucoup: Une mère conduit son enfant âgé de 14 mois au Mubi Ge-neral Hospital. Il crie depuis des heures parce qu'il a mal aux oreilles. Un liquide s'écoule des deux oreilles. L'ALMANACH demande à l'infirmière quel est le statut VIH de la mère; celui-ci est malheureusement positif. L'enfant est ensuite pris en charge pour la suite de l'évaluation et les soins. L'infirmière de service déclare que malgré sa longue expérience, elle n'aurait pas du tout pensé dans ce cas à une infection par le VIH, mais aurait seulement prescrit des antibiotiques pour l'infection des oreilles. L'ALMANACH a sauvé non seulement la vie de l'enfant, mais aussi celle de sa mère.

Dr. Daniel Ishaya

©Vontobel: Dr Daniel Ishaya

Un médecin venu du Nigeria présent pour le lancement de l'initiative Vontobel

Vontobel ouvre chaque année l'initiative de donc en organisant une manifestation interne au siège principal. Le CICR et l'Institut tropical et de santé publique suisse (Swiss TPH), qui ont développé l'ALMANACH ensemble et l'ont mis en place au Nigeria depuis 2016, nous ont permis d'écouter des exposés très intéressants. L'entretien avec le Dr Daniel Ishaya a été un temps fort de la manifestation. Il travaille comme médecin dans l'État du Adamawa (Nigeria), où l'ALMANACH est utilisé. Voici un extrait de cet entretien:

Dr Daniel Ishaya, à quoi ressemble un centre de santé dans l'Adamawa?
Les centres de santé sont de petits dispensaires modestement équipés qui comptent trois ou quatre salles. Certains sont difficilement accessibles, ils se trouvent parfois à plus d'une journée de route ou sont coupés du monde pendant des mois à la saison des pluies. Trois à quatre agents de santé soignent 20 à 30 – et parfois jusqu'à 50 – enfants par jour.

L'application peut-elle remplacer un médecin?
Non, l'ALMANACH ne peut pas remplacer un personnel ayant suivi une formation médicale. Le problème est que les médecins qualifiés quittent l'Adamawa, qui est une région rurale, et partent s'installer en ville ou même à l'étranger, où ils gagneront plus d'argent. Il est d'autant plus important de collaborer avec les gens qui restent dans la région. L'ALMANACH aide à pallier certains déficits de savoir. En effet, la formation pour une qualification médicale de base ne dure que deux à trois ans. Grâce à l'ALMANACH, le personnel médical procède de manière plus systématique au moyen des questions et est appuyé dans son diagnostic. De plus, la procédure standardisée aide à prendre en compte lors de la consultation des mesures préventives comme l'apport de base en vitamine A ou une possible sous-alimentation.

Quels sont les défis?
Ils sont nombreux. Un exemple: le «système de monitoring à distance» a permis de constater qu'un centre de santé n'avait déclaré aucun cas de paludisme en deux se-maines. Or nous savons par expérience que le paludisme représente toujours 30 à 50% de l'ensemble des cas de maladie. Nous avons découvert que les thermomètres du centre de santé étaient cassés! Et comme la logique de l'algorithme dit «pas de fièvre = pas de paludisme», aucun cas de paludisme n'avait été déclaré. Cette expérience nous a conduits à adapter nos processus de garantie de la qualité.

Pourrait-on utiliser l'application partout en Afrique?
Oui, l'ALMANACH a beaucoup de potentiel. Mais il est important de l'adapter à la situation locale. Le paludisme est une maladie fréquente dans l'État de l'Adamawa. Si l'ALMANACH était utilisé dans des zones se situant à plus de 1 500 mètres d'altitude, il faudrait l'adapter, car on ne trouve pas de moustiques vecteurs du paludisme à cette altitude. Le CICR prévoit de développer l'an prochain une version de l'ALMANACH pour la Somalie.

  

Depuis 2005, Vontobel est membre du «Corporate Support Group» du CICR

Afin de soutenir les nouvelles missions du CICR à long terme, certaines entreprises suisses ont fondé le «Corporate Support Group» du CICR. Vontobel est membre de ce groupe depuis 2005. Dans le cadre de cette adhésion, Vontobel lance une initiative de dons interne pour le CICR chaque année en novembre et en décembre.